Esper95-1L'intelligence collective pour une démocratie augmentée

Pour la philosophe Nancy Fraser, une démocratie augmentée tendrait vers une égalité sociale substantielle. Ce n’est pas celle que nous connaissons dans nos démocraties occidentales où des populations dites dominées vivent parmi des agencements politiques qui, d’une part, ne leur donnent qu’un accès limité aux ressources matérielles (problématique de la redistribution) et, d’autre part, ne font pas d’elles des «partenaires à part entière de l’interaction sociale» et limitent les possibilités de «prendre part à la construction des modèles institutionnalisés de valeurs culturelles, à la délibération (…), à toutes les activités sociales» (problématique de la reconnaissance).
En quoi des pratiques d’intelligence collective peuvent-elles contribuer à une reconnaissance des savoirs et à une «parité de participation» ou encore répondre à l ’«impératif de délibération inclusive» identifié par H. Pourtois comme caractéristique de la démocratie participative?
Des acteur-trice-s expérimentent des nouvelles pratiques de discussion faisant référence à la sociocratie ou, plus largement, à des Pratiques d’Intelligence collective (PIC). Corinne Monnet explique comment les discussions spontanées sont traversées par des inégalités liées aux rapports de domination. Notre analyse esquissera comment des pratiques de conversation peuvent donner lieu à de nouvelles possibilités d’interaction sociale et d’empowerment, en se centrant sur leur apport par rapport à la structuration de la conversation et aux mécanismes de domination. Elle sera illustrée de témoignages d’acteur-trice-s de collectifs de formation, de militant-e-s ou de travail.
 
agenda
 
newsletter

L'Esperluette