Emploi 2 animateurs CIEP 22Offre d'emploi : Animateur.trice / Formateur.trice

Le Centre d’Information et d’Education Populaire communautaire recrute 2 postes CDI (temps plein ou 4/5ème ou mi-temps)

Le C.I.E.P. est un mouvement d’éducation permanente qui élabore et pilote des programmes de formation à destination d’adultes engagés dans le secteur associatif et plus particulièrement au sein des organisations constitutives du Mouvement Ouvrier Chrétien.
Le C.I.E.P. est à la recherche de 3 permanent(e)s qui auraient pour fonctions principales la coordination de groupes en formation ISCO ou BAGIC, la mise en place de projets en éducation permanente, ainsi qu’un travail de veille et d’instruction de certaines thématiques politiques

Offre d'emploi

Envoyer votre candidature à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. (max. pour le 03/06/2022)

JE Transition durable et justeLe vendredi 24 juin 2022 aura lieu la journée d’étude du CIEP en guise de clôture du projet européen Erasmus+ TAKE IT - Real-world education to boost climate change adaptation.

En plus de la présentation des résultats du projet, l’après-midi sera l’occasion de prendre de la hauteur et de réfléchir à la question de la transition durable et juste avec des acteurs du monde académique (Sybille MERTENS), politique (Philippe LAMBERTS) et social (François SANA). La matinée sera consacrée à 5 ateliers centrés sur 5 domaines de la vie : le transport, le logement, l’énergie, l’alimentation et l’éducation.

  • Adresse du jour :  Institut Cardijn : Rue de l’Hocaille 10, 1348 Louvain-la-Neuve
  • Participation aux frais : gratuit - un lunch vous sera offert sur place
  • Inscription souhaitée pour le 15 juin 2022 INCRIPTION ICI  

Le programme détaillé de la journée

INSCRIPTION : N'oubliez pas d'indiquer les ateliers auxquels vous désirez vous inscrire (2 choix possibles).

Nouvelle session BAGIC 2022 - 2024 - Charleroi

Bagic 22 24

Donner à votre engagement des capacités de transformation sociale...

Le BAGIC est une formation militante qui interroge le sens des pratiques socioculturelles et qui place la culture comme enjeu citoyen pour faire vivre une société démocratique. Elle allie co-construction de savoirs, réflexions théoriques, observations et pratiques expérimentales et place les participant.e.s au cœur du processus via une gestion participative du dispositif. L'encadrement pédagogique est assuré par des professionnel.le.s de l'action culturelle et socioculturelle.

Pour plus d'infos, cliquez ici

111EsperQuels outils d'éducation populaire pour une transition juste et durable ?

L’accès à l’énergie réservé aux plus forts ou … aux plus riches?

À l’heure d’écrire l’édito de cette Esperluette qui s’intéresse à la transition énergétique, comment ne pas avoir l’esprit occupé par ce qui se passe en Ukraine où la population subit les affres d’une guerre, doit se terrer, chercher à fuir ou prendre les armes ? Comment ne pas se sentir solidaire de ces femmes et de ces hommes dont le quotidien a chaviré brutalement dans les séparations, les privations et l’angoisse ? Deux jours à peine après le début de cette invasion de l’Ukraine par son voisin russe, un média posait pragmatiquement la question des conséquences pour les pays européens sur le plan de l’approvisionnement énergétique. L’augmentation affolante des prix de l’énergie que l’on connait depuis l’été ne semble pas ralentir dans un avenir proche. La guerre portée en Ukraine fait craindre des difficultés accrues puisque, on le sait, l’Union européenne est restée fort dépendante pour son approvisionnement.

Esperluette 111 - Janvier/Février/Mars 2022

Logo 100 Semaine SocialeLe MOC a 100 ans, et après ?! Redécouvrir - Questionner - Réinventer

La Semaine sociale 2022 sera doublement spéciale : c’est la centième édition et c’est aussi le centième anniversaire du MOC.

Une occasion privilégiée pour redécouvrir son histoire. Nous la parcourrons à travers l’histoire de ses Semaines sociales mais aussi en l’inscrivant plus largement dans celle du Mouvement ouvrier et de ses luttes pour l’émancipation des travailleurs et travailleuses. Le MOC est un acteur historique de la social-démocratie.

Un anniversaire collectif comme celui‑ci, c’est aussi le bon moment pour questionner. Jusqu’où ce modèle est-il en crise ? Faut-il le repenser, faut-il le dépasser ?

Et puis 100 ans, c’est aussi le temps de la prospective, le temps de réinventer. Quel devenir des mouvements sociaux ? Quel MOC voulons-nous pour demain ?

Infos & inscription : https://semainesociale.be

100emeSemSoc

110EsperÉconomie sociale dans une économie capitaliste : quels renouveau, contribution et participation ?

Instruire le réel pour désamorcer les clivages

A l’heure d’écrire ces lignes, nous venons de vivre une seconde manifestation dominicale de protestation contre les mesures sanitaires, avec un éventail de messages et d’opinions large, voire très large : Haro sur le gouvernement menteur, Refus de la dictature sanitaire, Peur des effets post-vaccinaux… On croise aussi ici un drapeau flamingant, là un T-shirt « Nation », ou encore une pancarte « Stop génocide gaulois ». En tête du cortège, des délégations de pompiers et de soignant.e.s s’insurgent surtout contre l’obligation vaccinale. Quelques mois plus tôt, lorsqu’il était question d’instaurer un pass sanitaire, j’ai pensé que, plutôt que de nous infliger une manœuvre insidieuse pour pousser à la vaccination, mieux vaudrait que les gouvernements imposent l’obligation vaccinale. Pourquoi ne pas dire aux gens : « On a d’abord privilégié l’approche volontaire, mais les résultats sont insatisfaisants, un nouveau variant bouscule nos plans, on change de stratégie ». Cela me paraissait moins manipulateur, mais ce n’est pas si simple. Tout d’abord, pour qu’un vaccin puisse être imposé, « il faut que son innocuité soit nulle » et ce n’est pas le cas ici, dixit Yves Coppieters, qui ne passe pas spécialement pour un huluberlu. Ensuite, cela pose un problème constitutionnel. Or, la Constitution est supposée protéger notamment les libertés fondamentales. Et puis, s’il faut contrôler le respect de cette obligation, les outils de contrôle et de sanction pourraient s’avérer aussi critiquables que le CST, dont le Tribunal de Première instance de Namur a jugé récemment que la manière dont la Région wallonne y recourt est disproportionnée en termes de risques de discrimination. En tant qu’acteur.rice.s de l’Éducation permanente, de l’Insertion socio-professionnelle et du secteur socio-culturel, nous nous en inquiétons chaque jour. La gestion de la pandémie menace d’accoucher de clivages et d’exclusions encore plus graves. Peut-on admettre de priver de toute vie sociale, voire de son emploi, une personne qui, bien ou mal informée, refuse le vaccin contre la covid ?

Esperluette 110 - Octobre/Novembre/Décembre 2021

Recherche

Intranet