Esper90Chaque fois que j’atteins le fond du désespoir, je commence à sourire

2016 est, petit à petit, en train de tirer sa révérence et avant que le rideau ne soit complètement baissé, on peut tout de même dire que cette année nous en aura fait voir.  Ici encore, à l’heure où je vous écris, cela fait maintenant plus de trois semaines que la nouvelle est tombée… Léonard Cohen est décédé.  
Un poète tout à la fois compositeur et musicien, une voix profonde, posée et bouleversante, des mots sur la passion, la solitude, les relations, l’amour et puis, un homme dans toute sa sincérité. Leonard Cohen vivait avec cette maladie nommée la dépression. En regardant le reportage de sa tournée «Bird on a wire» en 1972, on touche un peu à ce que cela évoque: de l’intelligence, de la fragilité, de la critique, de l’humilité et ces larmes au coin des yeux, tétanisé par ses émotions, incapable de remonter sur scène et de chanter face à un public pourtant chaleureux et gourmand.  Cet extrait montre bien toute la détresse de ce qui est vécu quand on en est touché au plus profond de soi.  En 2012, Cohen disait très justement que «la dépression est une affaire sérieuse. Il ne s’agit pas que de la contrariété causée par un rendez-vous galant raté ou un week-end pourri. La dépression est le contexte dans lequel s’installe toute une vie d’anxiété: rien ne va jamais vraiment, (et) tout ce que l’on espère s’écroule toujours…».
C’est donc sur cette maladie et toutes les fragilités que cela évoque que nous avons décidé de poser notre regard en ce début d’hiver. Bien entendu, nous allons prendre un point de vue qui nous est propre: celui du lien entre notre quotidienneté (comme formateur, animateur, acteur social) et la santé mentale.

-logo quadriDonnez-nous votre avis !

Questionnaire d'évaluation de L'Esperluette

 Le CIEP est une association reconnue en éducation permanente par la Fédération Wallonie-Bruxelles, notamment pour son travail d'analyses et de publications.

Dans le cadre de l'évaluation de nos activités et tout particulièrement de l'impact de L'Esperluette sur ses lecteurs-lectrices, nous aimerions connaître votre avis.
Ce sondage nous permettra aussi de mieux appréhender vos demandes et vos attentes pour améliorer les futurs numéros de L'Esperluette.
Merci de prendre quelques minutes pour répondre au questionnaire qui se trouve sur notre site - QUESTIONNAIRE
D'avance un tout grand merci pour votre collaboration et vos précieux avis !

Esper89Quand la petite voix du reportage dessiné est de celles qui redonnent du sens à la notion même de reportage

Nommée, depuis 1964, 9ème art, il est aujourd’hui difficile de le démentir: la Bande Dessinée est un art reconnu. Politiquement, par la FWB qui soutient des projets d’auteurs et des maisons d’édition, et également par sa consécration avec le CBBD2. Médiatiquement, notamment,  via la large publicité faite au Festival d’Angoulême. Enfin, économiquement,  la BD étant aujourd’hui considérée comme une réelle industrie culturelle3.
La reconnaissance de la BD par le Politique,  les médias et l’Economie est liée à sa mise au service de la société.  Citons tout d’abord son lien avec l’école et ses utilisations didactiques,  de l’histoire à l’économie, et, de manière plus osée, par ce récent projet «Sociorama: la banlieue du 20 heures», qui illustre une thèse sur la fabrication des reportages du JT sur les banlieues.  La BD est aussi devenue un outil de communication utilisé par les agences spécialisées dans la communication des entreprises et des institutions.
Enfin, et non des moindres, la BD est au service du plaisir. Un plaisir individuel dans un premier temps mais qui est source de lien social, chacun-e cherchant à partager cette expérience jubilatoire avec d’autres.
 
agenda
 
newsletter

L'Esperluette