ICI ET Là-BAS

Ici et là-bas n° 102 - Février/Mars/Avril 2016
Brésil-Belgique - Vivre une solidarité incarnée
Le 17 janvier 2016, douze représentants du Mouvement ouvrier chrétien, du CIEP, de la CSC, de la Mutualité chrétienne, des JOC et d’Altéo s’envolaient pour le Brésil. Des vacances ? Non, mais un programme de rencontres et d’échanges sur la protection sociale avec les partenaires de Solidarité Mondiale sur place. De Sao Paulo à Rio de Janeiro en passant par Recife, dans le nord du Brésil, découvrez le récit de ces voyageurs partis à la découverte de la réalité brésilienne, bien loin de celle que nous connaissons en Belgique.

DEMOCRATIE

Démocratie n°1 - Janvier 2016
Les causes multiples du radicalisme
Les attentats de Paris ont une nouvelle fois relancé le débat sur le lien entre terrorisme et islam. Ce qui frappe Corinne Torrekens, politologue et spécialiste de l’islam, c’est la méconnaissance des processus qui mènent au radicalisme violent et les réponses souvent inadaptées de l’État. Entretien.
De la nécessité des services publics 
Depuis leur âge d’or, atteint au moment des « trente glorieuses », les services publics sont régulièrement sous tension au gré des diminutions successives des dépenses publiques de l’État. Aujourd’hui, les logiques managériales et marchandes menacent plus que jamais la qualité des services rendus et la logique de solidarité qui les sous-tend. Décryptage.
De la question du chômage à un Pacte social wallon 
La sixième réforme de l’État a transféré d’importantes compétences aux Régions. En matière d’emploi notamment, cette réforme a amené une refonte de la concertation sociale en Wallonie. Cela ouvre la voie à de vrais défis, mais aussi à de nouvelles responsabilités pour les partenaires sociaux ainsi que pour le Gouvernement et le Parlement wallons. Explications.
Un focus sur la Wallonie et sur Bruxelles - La Wallonie condamnée au chômage de masse ?
Depuis maintenant quatre décennies, la Wallonie est confrontée à un chômage de masse. Ce n’est donc pas un hasard si les thèmes de l’emploi et de la formation constituent le premier chapitre de la déclaration de politique régionale pour la législature 2014-2019. Permettre à davantage de personnes d’occuper un poste de travail, leur donner une place pleine et entière dans la société, contribuer à ce que chacun(e) puisse se constituer un revenu permettant de vivre dignement. Telles sont quelques-uns des objectifs poursuivis. Mais est-ce réalisable ? Éléments d’analyse.
Démocratie n°2 - Février 2016
Dangers et opportunés de l'accord de Paris sur le climat
L’accord sur le climat obtenu à l’issue de la COP21, le 12 décembre dernier, a été qualifié d’historique. S’il est important de comprendre l’enthousiasme que celui-ci peut susciter, il est tout aussi nécessaire de décrypter les nombreuses lacunes qu’il recèle et les dangers qu’il comporte. Ainsi, l’accord se fixe comme objectif de maintenir le réchauffement climatique sous la barre des 2°C, et de tendre vers 1,5°C, mais rien n’est dit explicitement sur les moyens pour y parvenir. Ce qu’on découvre entre les lignes est encore moins rassurant. Explications.
L'inaction politique contre la criminalité financière
Dans son ouvrage Essai sur la criminalité financière, le juge Claise passe en revue toutes les formes de criminalité financière qui gangrènent notre société et pillent les caisses de l’État. Surtout, il lance un cri d’alarme : l’ampleur du phénomène est telle qu’il est grand temps d’agir. Pourtant, le monde politique semble sourd aux appels de ceux qui luttent contre l’argent sale. Au détriment d’une justice fiscale. Entretien.
Un enjeu transversal à Bruxelles : créer du lien social
Suite à la sixième réforme de l’État, la Région de Bruxelles-Capitale a vu de nouvelles compétences tomber dans son escarcelle. Dans de nombreux domaines (soins de santé, allocations familiales...), les enjeux s’annoncent cruciaux pour l’avenir de la Région. Le tout dans un paysage institutionnel complexe et une actualité qui démontre l’urgence de recréer du lien entre habitants de la capitale belge. Décryptage.
Démocratie n°3 – Mars 2016
Un gouvernement de ruptures
Dérives autoritaires, mise à mal du principe de la séparation des pouvoirs, surveillance de masse, dépenses futiles… Auprès des acteurs interrogés dans ce numéro, le bilan du gouvernement Michel se révèle assez sombre. Pascal Delwit et Jean Faniel, respectivement professeur de science politique à l’ULB et directeur du Centre de recherche et d’information socio-politiques (CRISP), nous aident à décoder les politiques menées par ce gouvernement et en décortiquent ses spécificités.
Une politique xénophobe envers les migrants
Pour Caroline Intrand, co-directrice du CIRE (Coordination et initiatives pour réfugiés et étrangers), le bilan du secrétaire d’État à l’Asile et la Migration, Theo Francken (N-VA), est négatif. Amalgames, dissuasion et gestion des flux migratoires sont ses leitmotivs. Là où il faudrait une politique d’accueil humaine et positive. Explications.Quelles sont les mesures phares du gouvernement Michel en matière d’asile et de migration ?
L'avenir de la Justice s'annonce très inquiétant
Dans le secteur de la Justice, le ministre compétent Koen Geens (CD&V) multiplie les réformes. Étrangement surnommées « Pot pourri », elles annoncent d’emblée la couleur. D’ailleurs, Manuela Cadelli, juge au tribunal de première instance de Namur et présidente de l’Association syndicale des magistrats, n’y va pas par quatre chemins : « En Belgique, la séparation des pouvoirs est mise à mal ». Explications.
Pour lire/télécharger l'analyse, cliquez ici
Le bal des chimères
Les attentats de Paris ont considérablement renforcé la ligne sécuritaire du gouvernement Michel, déjà enclin à user de l’appareil répressif. Au point de mettre à mal certaines libertés individuelles. Ces mesures, qu’une bonne partie de la population semble soutenir, posent néanmoins de nombreuses questions en termes de coût, d’efficacité et de droits fondamentaux.
Des investissements incohérents
Si l’accord de gouvernement en disait déjà long sur les orientations du gouvernement fédéral dans le domaine de la Défense, le ministre Steven Vandeput (N-VA) a récemment précisé sa vision. Alors que la toute grande majorité des secteurs est soumise à des restrictions budgétaires importantes, la Défense y fait étrangement exception. Décryptage.
Pour lire/télécharger l'analyse, cliquez ici
Démocratie n°4 – Avril 2016
Le projet européen, du marché institutionnel à la révolte des citoyens
Cela ne fait guère plus de doute : les citoyens sont désabusés par rapport à l’Union européenne. La faute à un projet politique qui, depuis l’origine, l’éloigne inexorablement de l’Europe sociale et de ses habitants. Face à cette impasse, rien d’étonnant à ce que des phénomènes centrifuges (le « Brexit » notamment) se développent. À mille lieues de là, on voit aussi émerger d’autres formes d’expressions politiques et citoyennes pour tenter de réconcilier ce qui peut encore l’être. Décryptage.
Quels enjeux pour la démographie européenne ?
Avec une espérance de vie de plus en plus longue et un faible taux de natalité, l’Europe des 28 vieillit. Il en résulte un risque de pénurie de main-d’œuvre et une pression sur les systèmes de retraite des États. Dans ce contexte, l’arrivée de nombreux migrants n’est-elle pas une opportunité pour les pays de l’Union ? Éléments de réponse avec Bruno Schoumaker, démographe à l’Université catholique de Louvain.
Quel est l’état des lieux de la démographie en Europe ?
Pour lire/télécharger l'analyse, cliquez ici
L'Union européenne et la fiscalité
De l’avis de nombreux observateurs, une des conditions pour faire advenir une autre Europe est de juguler la concurrence fiscale à laquelle se livrent les États membres de l’Union européenne. Plus facile à dire qu’à faire ? Pour répondre à cette question, il est indispensable de décrire les instruments que possède (ou non) l’Union européenne pour freiner le dumping fiscal. Et d’analyser ce qui a été accompli au cours des dernières années ainsi que tout le chemin qu’il reste à parcourir.
Une société post-démocratique
Depuis de nombreuses années, l’Union européenne se montre incapable de construire une Europe sociale et solidaire. Celle-ci semble plus éloignée que jamais. Au vu de ce contexte, des contre-pouvoirs pour la faire émerger sont indispensables. Certains espoirs reposent sur un mouvement social européen fort, mais ce dernier peine à voir le jour. Felipe Van Keirsbilck fait le point sur cet enjeu fondamental.Vu le projet politique de l’Union européenne, un mouvement social est plus que jamais nécessaire. Pourtant, il n’advient pas. Comment expliquer cette situation ?
Démocratie n°5 – Mai 2016
Les leçons de la crise de 2008 n'ont pas été tirées
Ralentissement de l’économie chinoise, bulles immobilières, taux d’intérêt au plus bas, niveaux de crédit exceptionnellement élevés... De nombreux voyants de l’économie mondiale sont au rouge. Et font craindre une nouvelle crise financière majeure. Pour Aline Farès, de l’ONG Finance Watch, il est grand temps que la Commission européenne prenne les mesures nécessaires pour que la finance soit à nouveau au service de l’économie et des citoyens. Explications.
Pour lire/télécharger l'analyse, cliquez ici
Le paysage redessiné de l'enseignement supérieur
Rentrée 2015. Les dispositions du « décret Paysage » (dit aussi « décret Marcourt ») entrent pleinement en vigueur dans l’enseignement supérieur. La réforme se veut ambitieuse et entend transformer les mentalités et les pratiques dans les universités et hautes écoles en Fédération Wallonie-Bruxelles. Reste que sa mise en œuvre sur le terrain s’est opérée dans un certain chaos. Ce constat mis à part, quel bilan dresser dès à présent de son application ?
Vénézuela : le chaos total
Depuis quelques mois, le Venezuela est en crise. Économique, sociale et institutionnelle, celle-ci plonge le pays dans de graves pénuries. Rayons vides et files interminables sont devenus le lot quotidien des habitants pour avoir accès aux biens de première nécessité tels que la nourriture et les médicaments. Mais comment ce pays pétri d’or noir en est-il arrivé là ? Décryptage.
Pour lire/télécharger, cliquez ici
Démocratie n°6 – Juin 2016
La négociation des salaires par les syndicats dans le viseur
Le pouvoir des syndicats en matière de négociation des salaires est mis sous pression dans de nombreux États membres de l’Union européenne, dont la Belgique. L’influence de la Commission européenne dans le cadre de la « nouvelle gouvernance économique européenne » est souvent pointée du doigt. Qu’en est-il réellement ?
Le silence inquiétant de Kabila
En République démocratique du Congo (RDC), la crainte grandissante de voir le président Joseph Kabila s’accrocher au pouvoir suscite de vives tensions. D’autant qu’il tait ses intentions. Et que le dialogue politique est au point mort. Entretien avec Donatella Rostagno, directrice d’EurAc, de retour d’une mission à Kinshasa.
Les sans-papiers de la CSC, une tentative concrète de convergence des luttes
Créé en 2008, le Comité des travailleurs avec et sans-papiers de la CSC Bruxelles-Hal-Vilvorde tente d’organiser les travailleurs migrants « illégalisés», en vue de promouvoir leur intégration dans le mouvement social. Une initiative ambitieuse, qui questionne à la fois les dynamiques en cours au sein du syndicat et celles qui prévalent dans la galaxie du militantisme sans-papiers. Analyse.
Le port du voile à Actiris
La question du port du foulard islamique dans les administrations s’impose régulièrement à l’agenda politique et médiatique. Mais aussi à l’agenda judiciaire. En décembre 2015, l’article du règlement du travail d’Actiris qui prévoyait d’interdire les signes religieux a été recalé par le tribunal du travail de Bruxelles. Ce jugement s’inscrit dans le cadre d’un débat plus large sur les rapports entre religion et État. Explications.
Démocratie n°7/8 – Juillet/Août 2016
Sport et mondialisation sont intimement liés
Loin des réjouissances populaires que peuvent apporter un Euro de football ou des Jeux olympiques, la face cachée du sport est peu reluisante. Globalisation néolibérale, évasion fiscale, corruption et inégalités sont les gammes d’une partition qui ne profite qu’à quelques privilégiés. Décryptage avec Laurent Delcourt, sociologue et historien, chargé d’étude au CETRI.
Comment le sport-business a-t-il pris une telle ampleur ?
Si le temps m'était conté ?
Dans la vie de tous les jours comme au travail, le constat est unanime : « le temps passe trop vite ». Depuis des décennies, tout semble s’accélérer. Le phénomène n’est pas sans conséquence : rythmes insoutenables, burnouts, etc. Pour y faire face, deux voies se dégagent : mieux gérer son temps ou tenter de le ralentir. Avec, en filigrane, une même volonté : maîtriser son rapport au temps. Analyse d’un phénomène au long cours.
L'école nue (témoignage)
Les attaques sur Paris et Bruxelles ont provoqué une importante onde de choc tant au niveau individuel que collectif. Parmi les lieux où émotion et réflexion se sont entremêlées avec vigueur, il en est un fondamental : l’École. Voici le témoignage d’un enseignant bruxellois qui a tenté de gérer, vaille que vaille, l’après-attentats avec ses élèves. Un prof qui, surtout, appelle à s’interroger sur les moyens et les missions de l’institution scolaire pour œuvrer au vivre ensemble. Son cri vient du cœur et des tripes. Et résonne comme un appel à l’intelligence collective
Vers la fin de la presse papier ?
En Belgique comme dans la plupart des pays du monde, la baisse de la diffusion payante de la presse quotidienne met les journaux papier sous pression. Le passage au numérique a largement accéléré le phénomène. Avec des conséquences majeures sur les modèles économiques des groupes de presse et sur le métier de journaliste. Au détriment de la qualité de l’information ? Éclairage.
Art bizzart
«C’est du n’importe quoi !» ; «Ma fille de 8 ans peut faire la même chose» ; «C’est même pas beau» ; «On n’y comprend rien» ; «Et dire qu’il y a des gens qui payent pour ça !», etc. Voilà une brève compilation de ce que disent certain(e) s de mes ami(e) s lorsqu’est évoqué l’art contemporain. Il ne fait guère de doute que leur point de vue soit partagé par une large frange de la population. Je ne peux pas leur donner tort. Et pourtant...
Mille Brésils
En janvier dernier, un groupe de douze représentant(e)s des différents services et organisations du MOC s’envolait pour le Brésil, à l’initiative de l’ONG Solidarité Mondiale. Ce voyage d’immersion était l’occasion pour eux de découvrir sur place le pays aux mille contrastes qu’est le Brésil. Mais également de voir comment, dans un pays dit « émergent », des initiatives de solidarité et de protection sociale pouvaient se mettre en place. La campagne de Solidarité Mondiale (et du CNCD) étant consacrée à cette question, l’occasion était belle pour le groupe de rencontrer un grand nombre de représentant(e)s d’organisations de travailleurs, de syndicats, d’organisations de jeunes et de femmes. Ces rencontres devaient permettre de comprendre le fonctionnement des syndicats brésiliens ainsi que l’importance du Parti des travailleurs (PT) et des présidences successives de Lula et de Dilma Roussef sur les mouvements sociaux. Il s’agissait également de se rendre compte des conditions de travail des femmes et des hommes rencontrés et leur action dans la construction d’un système social juste et solidaire. Récit de voyage en quelques photos tout en contraste.
Démocratie n°9 - Septembre 2016
Les défis de la formation en alternance
En Belgique francophone, la formation en alternance souffre globalement d’une image négative. Elle est considérée aujourd’hui encore comme une filière de relégation qui fait peu souvent l’objet d’un choix positif par les jeunes. Dans d’autres territoires, parfois très proches, il en est tout autrement. Les acteurs de la formation, en articulation avec les autorités politiques, ont donc entrepris de réhabiliter l’alternance en Fédération Wallonie-Bruxelles avec l’ambition d’en faire une filière d’excellence. Et l’enjeu est de taille. Décryptage.
Quel avenir pour Belfius
Les risques inconsidérés pris par le secteur bancaire ont provoqué, en 2008, l’une des plus graves crises financières et bancaires. Ses stigmates se font d’ailleurs encore douloureusement ressentir. Sauvée in extremis par l’État belge en 2011, la banque Belfius gravite aujourd’hui dans son giron, sans pour autant être une banque publique. Pourtant, doter Belfius de ce statut regorge d’avantages pour l’économie belge. Explications.
Europe centrale : place au "club des peureux"
Depuis de longs mois, le bateau de l’Union européenne tangue fortement. Les arrivées de migrants ont conduit un peu partout à une rupture de la solidarité intraeuropéenne. Parmi les frondeurs, de nombreux pays d’Europe centrale et orientale. Nous nous sommes entretenus avec un expert de la région pour mieux comprendre les tenants et aboutissants des positions prises par ceux-ci et leurs situations politiques respectives.
Démocratie N°10 - Octobre 2016
Le dépeçage de Gosselies était programmé
Guy Raulin a été délégué syndical chez Caterpillar Belgium pendant quarante ans. L’analyse des comptes de la société qu’il a réalisée minutieusement, au fil des années, laissait présager la catastrophe sociale qui frappe Gosselies aujourd’hui. Pour Démocratie, il livre son regard sur la fermeture du site et met en lumière la stratégie mortifère du groupe à l’égard de sa filiale belge.
L'économie européenne prise au piège de ses contradictions
De l’avis de nombreux spécialistes, les perspectives économiques européennes à court terme sont moroses. La faute, notamment, à la schizophrénie des politiques économiques prônées par la Commission et la Banque centrale européenne. La stagnation séculaire guette. Celle-ci ne pourra être dépassée que si l’on accepte de s’attaquer aux problèmes   de fond qui gangrènent le capitalisme financiarisé. Analyse.
La médecine à deux vitesses : mythe ou réalité ?
En 2014, la facture moyenne pour une hospitalisation en chambre double ou commune s’élevait à 281 euros. En chambre individuelle, cette même moyenne atteignait 1.461  euros, soit cinq fois le prix. Un écart qui ne cesse de croître, d’après les études réalisées depuis 2004 par la Mutualité chrétienne. Les chambres individuelles sont-elles désormais uniquement destinées aux plus aisés d’entre nous ? Les médecins réservent-ils le même traitement à tous leurs patients ? Explications.
Repenser les mobilisations syndicales
Le monde a changé. La mobilisation syndicale se construit actuellement dans un contexte professionnel et sociétal difficile. Il devient urgent de renouveler le métier de syndicaliste, d’inventer une nouvelle identité d’action. Un nouveau contrat entre travailleurs et acteurs syndicaux est en train de se mettre en place pour répondre aux besoins du collectif. Mais cela ne suffit pas. Il faut aussi fournir une réponse idéologique aux impasses de notre système pour redonner du sens aux luttes concrètes de mobilisation. Réflexions de formateurs à partir de leur expérience de terrain.
Démocratie n°11 - Novembre 2016
Une encyclique "anti-systémique"
Dans le texteque nous publions ci-dessous, Michaël Löwy propose une analyse politique de l’encyclique du pape François consacrée à l’écologie Laudato Si’. Sur la sauvegarde de la maison commune. Ce document, par sa remise en cause radicale des modes de production et de consommation et par son association constante des questions écologique, sociale et économique, constitue, selon l’auteur, une contribution décisive à la construction d’une analyse « anti-systémique » de la crise écologique. Une analyse dont peuvent se saisir tous ceux qui refusent la rationalité instrumentale dominante.
Turquie : vers la fin de la démocratie ?
Depuis 2011, le processus de réformes démocratiques s’est inversé en Turquie. La récente tentative de coup d’État renforce l’autoritarisme du pouvoir. La Turquie dérive de plus en plus des valeurs démocratiques de l’Union européenne (UE). Le dossier migratoire, colonne vertébrale de leur relation, témoigne de la fragilité du partenariat, mais aussi de leurs besoins mutuels. Le processus d’adhésion, enjeu capital pour l’avenir de la Turquie, répond aujourd’hui avant tout à un agenda pragmatique. Vision d’une spécialiste turque des relations entre la Turquie et l’UE. Comment expliquer l’échec du coup d’État qui a secoué le gouvernement turc cet été ?
Démocratie n°12 - Décembre 2016
Une guerre de retard pour l'UE
Le détachement des travailleurs est au cœur de la question de l’harmonisation sociale de l’espace européen. Un chantier législatif est en cours : réviser la directive européenne qui l’encadre. Pourtant, la question se pose de savoir si ce débat n’est pas déjà d’arrière-garde, tant la sacro-sainte concurrence a modifié les règles du jeu en déplaçant la problématique vers les travailleurs détachés indépendants. Un des défis serait alors de repenser les réflexes syndicaux et d’écrire un nouveau programme politique pour l’Union européenne. Explications.
République démocratique du Congo : l'alternance et l'alternative
L’Occident dénonce un Joseph Kabila qui s’accroche au pouvoir. Il est vrai que le droit du peuple congolais de choisir ses dirigeants ne peut être remis en cause. Rappeler ce droit ne dispense pourtant pas d’analyser les réalités, de tenter de voir clair dans les positionnements des uns et des autres, et de comprendre les jeux et enjeux des grandes puissances et/ou de pays voisins. Et la vraie question reste sans réponse : l’alternance, soit, mais pour quelle alternative ?

ESPERLUETTE

Esperluette n°87 - Janvier/Février/Mars 2016
Violences, changeons notre fusil d'épaule 
Les récents attentats meurtriers à Paris et les menaces terroristes en Belgique ont à nouveau mis en lumière la délicate question de la radicalisation violente des jeunes Belges, leurs départs et leurs retours de Syrie. Que faut-il faire?  Pourquoi ces jeunes se radicalisent et partent-ils? Quelles sont les initiatives mises en place par l’associatif, le pouvoir public face à ce phénomène?  En tant que travailleurs sociaux, comment travailler avec ces jeunes qui sont à la limite de conduites à risques?
Pour lire/télécharger l'analyse, cliquez ici
Créer du lien, créer de la rupture 
LA FORMATION «HARD» POUR ADOS - C’est bien connu, l’adolescence est une période riches en tiraillements: entre puberté et passage à l’âge adulte, la/le jeune est en quête d’identité. Cette période est encore plus sensible pour certains groupes sociaux, notamment les jeunes issus des classes populaires et de l’immigration. Ces jeunes sont, bien souvent ici, renvoyés à des modèles (pairs, parents) durement stigmatisés sur le marché de l’emploi, dans le champ culturel, l’espace médiatique et politique. Dans sa quête pour une reconnaissance sociale et culturelle, il/elle est tiraillé-e entre deux mondes: son groupe d’appartenance d’un côté, les normes sociales dominantes de l’autre. 
Pour lire/télécharger l'analyse, cliquez ici
Pas toutes anti-terroristes mais toutes anti-démocratiques 
Suite aux attentats de Paris, le Gouvernement belge a du réagir en urgence. Il a donc mis sur pied un plan d’attaque en 18 mesures pour tenter de mettre fin au terrorisme. Il est évident qu’il faut assurer la sécurité de tous. C’est pourquoi il était nécessaire que le politique s’empare de la question et propose des mesures pour réagir sévèrement contre les actes terroristes. Néanmoins, les propositions lancées par le gouvernement Michel sont critiquables. Certes nécessaires, ces mesures doivent être ciblées, efficaces et respectueuses des droits démocratiques. Ce n’est malheureusement pas le cas lorsqu’on analyse ces 18 mesures mises en place.
Pour lire/télécharger l'analyse, cliquez ici
Quand le politique nous fait violenceS... 
Les politiques, les médias et, in fine, le citoyen lambda identifient toujours très facilement la violence «physique» contre des personnes ou des objets, par exemple, lors de manifestations, de grèves ou encore d’événements liés à la défense d’intérêts sociaux et sociétaux. Mais ils n’assimilent jamais -ou très rarement- à de la violence, les décisions qui concernent les travailleurs avec ou sans emploi, les femmes, les retraités, les migrants, les Grecs,… lorsque, par exemple, on décide de les exclure du chômage, de sabrer dans leurs allocations, de fermer les frontières, de décréter un saut d’index, de délocaliser dans un pays où on peut employer des esclaves,…
Pour lire/télécharger l'analyse, cliquez ici
La Famillistère de Guise : une utopie réalisée 
En novembre 2015, dans le cadre du cours de Gestion de projets d’action collective, les étudiants de l’ISCO-Bruxelles se sont rendus au Familistère de Guise (Nord de la France). Le but de la formation ISCO étant de former des animateurs en politique sociale, économique et socioculturelle, la visite du Familistère, en tant qu’utopie et exemple réussi d’une économie alternative dans un système capitaliste, avait été approuvée à l’unanimité
Pour lire/télécharger l'analyse, cliquez ici
Espluette n°88 - Avril/Mai/Juin 2016
L'écologie, avant tout une question sociale
Les préoccupations écologiques, du moins telles qu’appréhendées par l’écologie sociale, apparaissent relativement récentes en regard de l’histoire du Mouvement ouvrier. Elles ont cependant été de plus en plus prises en compte par les syndicats ces dernières années, qui plaident désormais pour une «transition juste». Néanmoins, n’y a-t-il pas une tendance, au sein de nos Mouvements, à renvoyer les questions écologiques vers les associations environnementales ou, à tous le moins, à les considérer comme secondaires et les traiter après les urgences socio-économiques? En tous les cas, il y aurait peut-être lieu d’interroger le clivage qui tend à envisager ces questions séparément: permet-il de prendre toute la mesure de la crise climatique et, plus largement, écologique, dans les liens qu’elle entretient avec les modes de production et de développement économique? Quels sont précisément ces liens? Ou, autrement dit, en quoi le monde du travail est-il concerné par cette problématique? Cette analyse est une tentative pour ouvrir quelques pistes de réflexion sur ces questions.
Pour lire/télécharger l'analyse, cliquez ici
La réponse capitaliste au défi climatique : dangers et alternatives 
Un capitalisme sans croissance est une contradiction dans les termes»: cette citation de l’économiste J. Schumpeter éclaire les difficultés majeures éprouvées par le système pour relever les défis écologiques. En dernière instance, en effet, tous ces défis -biodiversité, climat, empoisonnement chimique, perturbation des cycles de l’eau, du phosphore et de l’azote, destruction de la couche d’ozone, épuisement des sols et des ressources halieutiques, etc.- s’aiguisent du fait de l’opposition croissante entre les limites de la planète et la tendance constante du capital à dépasser ces limites. Cette tendance
Pour lire/télécharger l'analyse, cliquez ici
Ecoféminisme et 'oekology' - Des pêcheuses brésiliennes pour l'environnement 
Analyser les impacts du changement climatique et des effets de la destruction des écosystèmes implique de faire un pas de côté afin de déconstruire la complexité des situations, en prenant en compte les multiples facteurs locaux mais aussi les rapports de force traversant nos sociétés. A cet égard, les concepts de justice climatique, d’écoféminisme ou d’écologie sociale apportent une analyse intersectionnelle prenant en compte les rapports de domination sur la nature induits par le capitalisme, le patriarcat et le racisme, et permettent ainsi de comprendre comment certains projets affectent cruellement les plus démunis, surtout dans les pays du Sud.
Pour lire/télécharger l'analyse, cliquez ici
TTIP: le déconstruire pour mieux le combattre 
Depuis de nombreux mois, le traité transatlantique (appelé aussi TTIP ou TAFTA1) est parvenu à s’imposer à la Une de l’agenda des mouvements sociaux. Au fil du temps et des mobilisations, certaines enceintes parlementaires s’en sont emparées pour en débattre et prendre (parfois) des décisions courageuses. Toutefois, la technicité de ces traités commerciaux rend difficile sa propagation à tout un chacun. Pourtant, pour gagner la lutte contre ces derniers, il est nécessaire de vulgariser un maximum leurs enjeux et de déconstruire leurs dangers pour créer une mobilisation citoyenne massive à leur encontre. En paraphrasant Susan Georges et sa théorie Dracula, on pourrait dire que si le TTIP est exposé à la lumière, il meurt. Ce sont le rôle des associations d'éducation permanente de mettre en lumière les enjeux de ces traités de libre-échange et les objectifs de cette fiche pédagogique.
Pour lire/télécharger l'analyse, cliquez ici
JOC Brésil-JOC Walllonie-Bruxelles: même combat pour les jeunes? Impressions de voyage 
Du 17 au 29 janvier 2016, Solidarité Mondiale a organisé, dans le cadre de sa campagne «Protection sociale pour tous», un voyage d’immersion dans ce pays si inégalitaire qu’est le Brésil. Des représentants des différentes organisations du MOC, dont une représentante des JOC de Charleroi, ont rencontré de nombreux partenaires, dont la JOC de São Paulo et de João Pessoa.
Pour lire/télécharger l'analyse, cliquez ici
Origine sociale et réussite scolaire. Approfindissement à l'ISCO 
L’enseignement est-il démocratique? Vieille question à laquelle nous répondons évidemment par la négative. Dans un titre évocateur «Les héritiers», le sociologue Pierre Bourdieu a notamment démontré que l’école reproduit les inégalités sociales et, en plus, les «légitime», en les considérant comme justes, parce qu’elles sanctionneraient des différences de don naturel, de travail, d’effort et de mérite. Le cours de méthode à l’ISCO de Bruxelles a approfondi deux questions avec les étudiants: quels sont les processus qui, dans l’enseignement, favorisent les inégalités? Et, d’autre part, comment se fait-il que des individus appartenant au milieu populaire réussissent bien leur scolarité en échappant
Pour lire/télécharger l'analyse, cliquez ici
Le RWDH, un acteur social incontournable pour le droit à l'habitat 
La société belge s’est construite dans des luttes collectives qui ont permis l’acquisition de droits sociaux pour tous les citoyens-nes. Les mutualités de santé ont ainsi permis des avancées majeures dans le domaine du droit à la santé et sont devenues un acteur doté d’une solide expertise, capable de peser dans les négociations avec les prestataires de la santé et l’État. Un constat identique peut être posé pour les syndicats en tant qu’acteurs sociaux incontournables pour tout ce qui concerne le travail. L’habitat, lui, ne compte pas d’acteur
Pour lire/télécharger l'analyse, cliquez ici
Espluette n°89 - Juillet/Août/Septembre 2016
La BD outil de résistance et d'émancipation ! 
Dire que Gaston Lagaffe est une icône de la bande dessinée belge revient à enfoncer une porte grande ouverte. Sa paresse, sa nonchalance, sa maladresse, son QI supposé faible, sa dégaine d’adolescent attardé, son col roulé en laine verte trop court, sa Fiat 509 désuète (ou vintage, c’est selon), son inadéquation avec le monde du travail en font un archétype de l’anti-héros un peu manche mais sympathique aux yeux du plus grand nombre.
Pour lire/télécharger l'analyse, cliquez ici
Le congé-éducation payé en zone de turbulences 
LE DROIT AU CEP: UN CONQUIS SOCIAL IMPORTANT… ET FRAGILE
Le congé-éducation payé (CEP) est le résultat d’un long combat du mouvement ouvrier pour le temps libéré et l’émancipation culturelle des travailleurs1. Apparenté à un «droit culturel individuel», il permet actuellement aux travailleurs engagés à temps plein et à certains travailleurs à temps partiel dans le secteur privé de pouvoir s’absenter de leur travail pour suivre certaines formations avec l’assurance du maintien de leur salaire. Les formations qui ouvrent le droit au CEP, sont soit professionnelles, soit générales et ne doivent pas - c’est important - être nécessairement en lien avec l’activité professionnelle de l’ayant-droit.
Pour lire/télécharger l'analyse, cliquez ici
La coopération conflictuelle est inéluctable, l'action collective est nécessaire 
La question de l’action collective, et plus précisément le principe d’opposition (c’est-à-dire la relation entre un acteur collectif (le «NOUS») avec le «EUX», considéré comme l’entité qui exploite, domine), sera au coeur de cette fiche pédagogique. Si on prend, par exemple, le mouvement ouvrier, le «EUX» est représenté par le capital sous ses diverses formes (idéologique et matérielle); pour le mouvement féministe, c’est le patriarcat et pour les mouvements de libération coloniale, le «EUX» est constitué par les nations impériales (domination économique, militaire et blanche). Après une présentation et une analyse critique de la notion de coopération conflictuelle, nous nous référerons à différentes grilles que nous l’illustrerons avec un cas pratique.
Pour lire/télécharger l'analyse, cliquez ici
Espluette n°90 - Octobre/novembre/décembre 2016
De la santé mentale critique à la critique de la santé mentale 
La santé mentale des participants fait partie des questionnements qui nous traversent, en tant qu’accompagnateur de groupes d’adultes en formation. Nous avons tous rencontré un participant dont le mal-être interpellait ou dont l’attitude était énergivore pour le groupe. Parfois, aucun indice ne nous a permis de déceler l’état de souffrance de la personne: c’est a posteriori que nous cherchons à comprendre. Parce que la vie et le projet de formation d’une personne, la dynamique du groupe, l’assise du formateur peuvent être mis à mal du fait de troubles relevant de la santé mentale, il est nécessaire de s’équiper pour comprendre et agir.
Pour lire/télécharger l'analyse, cliquer ici
Un projet collectif et culturel : une réponse audacieuse face à l'adversité 
DES CONSTATS DRAMATIQUES 
Les travailleurs sans-emploi (TSE), appelés de façon stigmatisante «chômeurs», sont très souvent des personnes isolées, stigmatisées, découragées et éconduites dans bon nombre de leurs démarches de recherche d’emploi. En tant qu’animatrice à SOS dépannage ASBL Dinant, il me semblait important que les TSE que j’accompagnais puissent regagner confiance en eux, recréer du lien et retrouver du sens face aux aberrations vécues quotidiennement.

Pour lire/télécharger l'analyse, cliquez ici
Participer à la co-construction d'une critique des politiques d'insertion 
La Commission Insertion regroupe, sous l’égide du MOC Brabant wallon, des représentants d’organisations militantes et d’éducation permanente ainsi que des organismes d’insertion socioprofessionnelle. Elle s’est élargie aux différents acteurs de l’insertion situés sur le territoire de la province2. Dès l’automne 2014, cette Commission élargie a réfléchi aux changements qui se profilaient en matière de politique d’emploi à partir de janvier 2015 suite aux nouveaux transferts de compétences. En effet, la sixième réforme de l’Etat est, en particulier, marquée par le transfert vers les entités fédérées (Régions) de pans entiers de compétences (jusque-là fédérales) de la politique de l’Emploi et par la réorganisation de la structure de l’Office régional wallon de l’emploi (Forem). Un certain nombre de ces mesures touchent directement les demandeurs d’emploi. 
Pour lire/télécharger l'analyse, cliquez ici
Recherche scientifique, formation d'adultes et action citoyenne 
Le Colloque Fopes-Fopa du 15 octobre 2016 a mis en lumière l’intérêt de combiner recherche scientifique, formation d’adultes et action citoyenne. Nous proposons ici quelques éléments de synthèse pour montrer comment cette articulation peut se mettre au service de la construction d’une société démocratique. Pour Patricia Vendramin, directrice de la Fopes, ce Master en Politique économique et sociale repose effectivement sur le triptyque «Recherche, formation d’adultes et action citoyenne»; ce projet de formation universitaire voulu par le MOC avait et a toujours comme ambition de former des acteurs de changement en partant de leur expérience de vie, leur expérience professionnelle et en permettant l’apprentissage de méthodes de recherche universitaire.
Pour lire/télécharger l'analyse, cliquez ici
L'Art pour repenser et représenter le monde 
Est-il possible de penser et représenter l’aliénation dans le monde du travail sans la célèbre image de Charlot (Charlie Chaplin dans Les temps modernes) pris dans les mécaniques d’une machine? Peut-on penser les bureaucraties policières sans évoquer l’écriture du romancier Franz Kafka dans Le procès? Ces questions sont au cœur de cette fiche pédagogique, puisqu’il s’agira de réfléchir l’aide que les «outils artistiques» peuvent apporter à un travail analytique mené, par exemple, dans le cadre d’une formation pour adultes. L’objectif n’est pas de fournir une indication précise concernant la façon dont cette approche doit influencer tout travail. Chacun-e est libre d’utiliser comme bon lui semble les apports et pistes proposées. Cette réflexion nécessitera d’être prolongée à travers des échanges d’expériences et des tests concrets.
Pour lire/télécharger l'analyse, cliquez ici
La création artistique comme vecteur d'émancipation pour les apprenants 
POP UP, UNE EXPÉRIENCE ASSOCIATIVE ET CULTURELLE
Née en 2011 à Mons, dans le cadre de Mons 2015-Capitale Culturelle Européenne, la plateforme associative Pop UP Virus Culturel avait comme objectif de faire reconnaitre et permettre l’existence de formes d’expression culturelle en résistance face à l’uniformisation et à la marchandisation de la production culturelle1. Elle accordait une place prioritaire au public et à la culture populaires, en développant et soutenant des projets participatifs ouverts à tous les publics en général et aux publics populaires en particulier; en privilégiant des projets visant l’analyse critique de la société, s’appuyant sur une dynamique collective et la participation citoyenne dans un but d’émancipation individuelle et collective. Pop UP a regroupé des associations culturelles et socioculturelles ainsi que des artistes de la région. Ces associations et artistes travaillent avec des publics très variés (enfants, jeunes, personnes handicapées, adultes de diverses origines sociales et culturelles) et utilisent avec eux des méthodes d’émergence et de participation. Elles partagent aussi des valeurs d’égalité, de solidarité et de démocratie, ainsi qu’une même vision de la Culture: la Culture n’est pas un bien de consommation mais un moteur d’émancipation.
Pour lire/télécharger l'analyse, cliquez ici
Célébrer la protection sociale avec entrain 
Si le train a permis la conquête du Far West américain, peut-être permettra- t-il également la reconquête de notre protection sociale. C’était un peu l’idée de l’action menée par Solidarité Mondiale du MOC Wallonie picarde et ses organisations constitutives, le vendredi 14 octobre dernier. Un train a sillonné le centre-ville de Tournai, halte après halte dans les lieux symboliques d’une protection sociale attaquée de toutes parts depuis plusieurs législatures maintenant. Une façon pour les militants de lui crier leur attachement: protection sociale, ne me quitte pas!
Pour lire/télécharger l'analyse, cliquez ici

PERSPECTIVES

Perspectives n°90 - Décembre/janvier 2016
Crise migratoire : quel accueil chez nous ?
L'actualité concernant les demandeurs d'asile alimente beaucoup les discussions. Le CIEP Lux propose un dossier permettant de mettre en perspective quelques questions-clé.
Perspectives n°91 - Février/Mars 2016
La violence, le mal et l'autre : quelles réponses ? 
La fable de l’histoire
Dans l’État de Nature, quand les hommes étaient libres et égaux, chacun avait tout à craindre d’autrui. La vie était brève, la peur était immense. Tout le monde se méfiait de tout le monde et devait se protéger d’autrui. Les hommes conclurent donc une alliance pour assurer leur commune sérénité. Au terme de longues concertations, ils signèrent un contrat prescrivant à tous ce qu’ils devaient faire et ne pas faire. La peur parut pour un moment avoir disparu. 
Pour lire/télécharger l'analyse, cliquez ici
Perspectives n°92 - Mars/Avril 2016
Violence et politique
Aujourd’hui, la classe politique prend grand soin de communiquer de la manière la plus soignée possible à propos des mesures qu’elle prend, qu’il s’agisse de mesures anti-terroristes ou de mesures économiques et sociales. Il est intéressant d’analyser la violence contenue dans ces décisions gouvernementales et ses conséquences.
Pour lire/télécharger l'analyse, cliquez ici
Perspectives n°94 - Août/Septembre 2016
Développement territorial et utilisation parcimoniuse du sol en province de Luxembourg. Regard sur 10 ans
Depuis 2 ans, la commission Aménagement du Territoire du MOC Luxembourg mène une réflexion sur la question du développement territorial de la province de Luxembourg en lien avec le principe d’utilisation parcimonieuse du sol. Le groupe s’est appuyé sur des documents scientifiques et académiques et a nourri sa réflexion par des rencontres avec des acteurs de l’aménagement du territoire. Le travail aboutit aujourd’hui à une note de positionnement du MOC Luxembourg dont nous publions ici quelques extraits.
Pour lire/télécharger l'analyse, cliquez ici
Perspectives n°96 - Décembre 2016/Janvier 2017
Lutter ensemble contre la pauvreté ET la précarité
Le K-fé citoyen de Virton est un lieu d’information et de débat ouvert à tout un chacun. En début d’année, les participants proposent aux animateurs une série de thèmes au sujet desquels ils souhaitent s’informer et débattre. Cette année, le groupe a épinglé la problématique de la pauvreté. Il ne s’agit pas de pointer du doigt les personnes victimes de la pauvreté, mais de réfléchir aux causes de celle-ci ; voir ce que le monde politique fait ou pas pour la combattre ; mettre en avant le travail d’associations de lutte contre la pauvreté, palliant en quelque sorte le manque d’action politique.
Pour lire/télécharger l'analyse, cliquez ici

LE CHOU DE BRUXELLES

Le chou de Bruxelles n°95 - Janvier/Février/mars 2016
Résistances et alternatives à l'austérité
LETTRE FICTIVE
Mesdames et Messieurs les décideurs politiques,
Je me permets de vous écrire pour vous faire part de mon désarroi face aux décisions politiques que vous prenez. J'élève, seule, mes deux enfants. Il y a trois ans, je travaillais dans un grand magasin mais suite à une restructuration, j'ai été licenciée. Presque la moitié de mon salaire, quand j'en avais un, filait dans les frais de logement : énergie et loyer. Comme j'habite Bruxelles, il est impossible de trouver un appartement correct adapté à ma situation familiale et à mes revenus. Comme je n'ai pas pu constituer une épargne et que, par ailleurs, faire de l'argent avec de l'argent ce n'est vraiment pas le but de ma vie, je n'ai jamais joué en bourse. Tout ce que je veux c'est une vie digne. Et un avenir pour mes enfants. Alors que je n'ai donc pas la moindre responsabilité dans la crise financière de 2008, j'ai le sentiment depuis, de devoir payer pour un crime que je n'ai pas commis.
Pour lire/télécharger l'analyse, cliquez ici 
Le chou de Bruxelles n°96 - Avril/Mai/juin 2016
Molenbeek-post-attentats: la politique sous-estime la participation citoyenne
Le 13 novembre 2015, Daesh se sert de 9 jihadistes-tueurs, dont 4 Molenbeekois pour les tueries de Paris. Le 22 mars 2016, 5 tueurs-Daesh commettent les attentats à Bruxelles et Zaventem...
Comment les politiques et les médias ont-ils réagi à cela ? Et les Molenbeekois ? La démocratie, qu'est-ce qu'elle a été ? Quelque chose qui demande qu'on participe à relever les défis ? Ou quelque chose qu'on subit ?
Etat sécuritaire versus sécurité sociale: histoire de la sécurité, entre monopole d'Etat et émancipation collective
Histoire de la sécurité, entre monopole d'Etat et émancipation collective.
La sécurité constitute aujourd'hui un enjeu politique, médiatique et sociétal formidable. Depuis la date tragique du 22 mars, la sécurité envahit l'espace public et constitue une préoccupation majeure pour les citoyen-ne-s.
Leur sécurité n'a rien de social
Dans la nébuleuse des institutions européennes gravitent de nombreux astéroïdes plus ou moins censé "fournir des analyses et des recommandations utiles" aux dirigeants européens dans leurs domaines de compétence. Ainsi en est-il de l'Institut d'Etudes de Sécurité de l'Union européenne (ISS), dont vous n'avez probablement jamais entendu parler.
Le chou de Bruxelles n°97 - Juillet/Août/Septembre 2016
Une loi pour le travail….infaisable
Le 13 juillet dernier, le gouvernement fédéral a déposé un avant projet de loi ‘sur le travail faisable et maniable’, surnommé injustement ‘projet de loi Peeters’, puisque le Ministre de l’emploi a écrit ce texte sous la dictée de la Commission Européenne. C’est pourquoi ce projet de loi ressemble à s’y méprendre à la loi El Khomry en France, au Jobs Act italien, aux réformes espagnoles de 2013, aux mesures adoptées cet été en Lituanie et en Bosnie (semaine de 60 heures, licenciements en 3 jours sans indemnités), etc.
Pour lire/télécharger l'analyse, cliquez ici
Réduction du temps de travail, éléments pour un débat syndical
Le ministre de l’emploi de la Région bruxelloise a commandé une étude de faisabilité sur un projet de réduction du temps de travail – la semaine des 32 heures, réparties en 4 journées - pour le personnel de Bruxelles Propreté. Il s’agit à ce stade d’une initiative personnelle du ministre : elle ne fait pas partie du programme du gouvernement régional, ni de la «stratégie 2025» élaborée avec les partenaires sociaux, et ne part pas non plus d’un accord, ni même d’une revendication syndicale, au sein de l’entreprise même. Le ministre s’est déclaré convaincu par les idées de l’économiste et homme politique français Pierre Larrouturou, grand promoteur de la «semaine des quatre jours», pour laquelle il a milité au sein du parti socialiste et du mouvement écologiste français.
Pour lire/télécharger l'analyse, cliquez ici
Les 35 h en question
Examinons l’expérience française des lois Aubry.
Des controverses ont marqué leur préparation et leur adoption : «sans perte de salaire»; «annualisation» ou maintien des garanties de la semaine ? Au sein du gouvernement Jospin, le conflit était public et la Ministre en charge du dossier a voulu une « loi-cadre » fixant la fin de négociation trois ans après, en 2000. 
Pour lire/télécharger l'analyse, cliquez ici
Le temps de travail à la croisée des chemins
«Le but du travail c’est de gagner du temps libre.» - Aristote
La question du temps est au carrefour de plusieurs questions cruciales pour notre avenir: la réduction des inégalités, la création d’emploi, la réduction du chômage, et la relation entre travail et productivité d’un point de vue économique,  mais aussi l’amélioration de la qualité du travail, de la qualité de vie et la place du travail dans les parcours de vie d’un point de vue sociétal.
Le chou de Bruxelles n°98 - Octobre/Novembre/Décembre 2016
Bienvenue à la COP22, ici on broie les gens
C’est dans un pays en ébullition que le Maroc aura accueilli, du 8 au 18 novembre, la 22ème session de la Conférence des parties sur le changement climatique. On n’attend pas de grandes décisions de cette COP qui a travaillé surtout sur la mise en oeuvre des décisions de la COP21 de Paris. Elle aura également été une bonne occasion pour les multinationales avides de faire des affaires avec cette nouvelle poule aux oeufs d’or que sont les secteurs énergétique et agricole, badigeonnés de vert pour l’occasion, même s’ils ne sont pas forcément renouvelables ni durables, loin de là. En tout état de cause, le choix du Maroc pour accueillir une 2ème fois la Conférence des parties est une illustration de la confiance dont il jouit de la part des grandes puissances et des instances internationales.
Pour lire/télécharger l'analyse, cliquez ici
Portrait d'un jeune révolté en exil
Examinons l’expérience française des lois Aubry. Des controverses ont marqué leur préparation et leur adoption : « sans perte de salaire »; «annualisation » ou maintien des garanties de la semaine ? Au sein du gouvernement Jospin, le conflit était public et la Ministre en charge du dossier a voulu une « loi-cadre » fixant la fin de négociation trois ans après, en 2000.
Pour lire/télécharger l'analyse, cliquez ici
Impact des liens économiques avec Israël sur le territoire Palestinien occupé
La colonisation israélienne du territoire palestinien représente une violation grave du droit international, notamment au regard de l’article 49 de la IVe Convention de Genève qui interdit à la puissance occupante de « procéder à la déportation ou au transfert d’une partie de sa propre population civile dans le territoire occupé par elle » et parce qu’elle porte atteinte au droit à l’autodétermination du peuple palestinien. Aucun Etat ne remet en cause cette illégalité, si ce n’est l’Etat israélien. Et pourtant, malgré les condamnations incessantes de la colonisation israélienne par la communauté internationale, celle-ci se poursuit sans discontinuer depuis 1967.
Il y a un peu plus d'un an, à l'été 2015, l'Europe semblait découvrir avec stupéfaction que de larges parts du Moyen-Orient et de l'Afrique étaient à feu et à sang. Des centaines de milliers de personnes issues de ces régions gagnaient alors les côtes grecques en quête de sécurité. Face à ce drame humain, les sociétés civiles européennes étaient traversées par des élans de solidarité inédits. La classe politique, elle, plongeait à l'unisson dans la voie de la fermeture et du repli sur soi xénophobe : tel un tsunami incontrôlable, la « vague de migrants » représentait une menace à la sécurité intérieure européenne et devait être endiguée. Dès septembre 2015, le ballet des matraques, des fils barbelés et des gaz lacrymogènes étaient devenus quotidien sur la « Route des Balkans ». Le 18 mars 2016, l'accord UE-Turquie mettait fin – au moins pour un temps – à cette épopée humaine qui marquera durablement les consciences et les sociétés européennes.
Pour lire/télécharger l'analyse, cliquez ici
BREXIT: quand la crise du projet européen profite aux xénophobes
On pourrait se réjouir de la décision d’une majorité des électeurs britanniques de voter, ce 23 juin, en faveur d’une sortie de leur pays de l’Union Européenne (référendum du « Brexit »). Enfin un peuple révolté par le néolibéralisme destructeur imposé par l’Union Européenne; un peuple excédé par la déliquescence de ses services publics et notamment de son système public de santé (NHS); une démocratie qui reprend son destin en main. Sauf que …
 
 
 
agenda
 
newsletter